Moustiques Tigres : sans vous, la commune ne peut rien !

 

La plupart des moustiques qui vous piquent sont nés chez vous !

Chacun peut, et doit, agir contre la prolifération du moustique tigre.

A votre niveau, que faire ?

1. Suppression des gites larvaires

Les produits anti-moustiques (insecticides ou répulsifs) ou les pièges n’ont qu’une action ponctuelle et ne permettent pas d’éliminer durablement les moustiques tigres. La seule solution consiste à éliminer les lieux de ponte et de repos. Supprimer ou vider régulièrement tout ce qui peut contenir de l’eau dans votre jardin :

Ces gestes simples réduisent de 80% le risque de présence du moustique à proximité du domicile, et donc de piqûre.  (Source : dossier de presse ARS – mai 2018)

Retrouvez plus d’informations et de conseils pratiques sur le site de l’EID (Entente Interdépartementale pour la démoustication) :  

2. Signalement des moustiques tigre

L’ARS Auvergne-Rhône-Alpes est chargée de définir les modalités de surveillance du moustique tigre (entre autres).

 

Nous avons été informés le 4 mai dernier que notre commune est (enfin) considérée « définitivement

colonisée », grâce aux signalements enregistrés depuis 2012, ayan

t déclenché une enquête entomologique de l’EIRAD (Entente Interdépartementale Rhône-Alpes pour la Démoustication).

Nous vous invitons fortement, à continuer à signaler sa présence sur le site www.signalement-moustique.fr .

Cette action citoyenne nous aidera à obtenir de l’ARS d’autres moyens de lutte et de prévention sur notre secteur.

3. Piègeage

Pour une action ponctuelle, il existe plusieurs pièges à moustiques tigres dans le commerce. Nous vous donnons un exemple, vous pouvez aussi le fabriquer vous-même, le principe est le suivant :

4. Un pour tous, tous pour un !

Ce sont de petits actes individuels, mais seule la participation de tous nous permettra d’obtenir un résultat notable collectivement. Si vous constatez des moustiques tigres chez vous alors que vous avez déjà pris toutes les mesures nécessaires, il est fort probable qu’il vienne de votre voisinage immédiat. En effet le moustique ne se déplace jamais à plus de 100 mètres de son lieu de naissance !

La communication et l’entraide de proximité sont également des clés primordiales : soyez attentifs et solidaires de personnes que vous savez en difficulté.

Et la commune ?

La commune suit la même logique de nettoyage et vidange des eaux stagnantes sur l’espace public. Elle informe et sensibilise la population aux bons gestes de suppression des gites larvaires. Elle fait appel au civisme de chacun, le pouvoir de police Maire ne lui permettant pas d’intervenir chez les particuliers.

Le département et l’ARS ont été sollicités afin d’obtenir un accompagnement de la collectivité par l’EID. Actuellement, nous sommes toujours dans l’attente d’une proposition.

Comme nous, d’autres communes sont impactées et tentent des expérimentations diverses (pièges à moustiques, bornes électriques d’extérieur). Ces dispositifs onéreux demandent beaucoup d’entretien pour une efficacité toute relative. Les tentatives de casser le cycle de reproduction avec des pièges pondoirs sont encore trop récentes pour afficher un résultat objectif, d’autant plus que le coût de ces matériels (qui doivent être installés en grande quantité) est élevé.

Une des pistes de réflexion est l’installation de nichoirs pour les prédateurs naturels du moustique : hirondelle, chauve-souris entre autres.

Il faut savoir que la démoustication chimique relève d’une décision de l’ARS, uniquement dans le cadre de déclarations de personnes avérées malades. Elle est donc ponctuelle et localisée. En effet, généraliser cette méthode reviendrait à aggraver le phénomène en renforçant l’immunité du moustique, et les substances chimiques n’ont aucun effet sur les oeufs, ni sur les larves.

Le moustique tigre, particulièrement nuisible

Aedes albopictus, dit « moustique tigre », est originaire d’Asie du Sud-Est et se distingue par ses rayures noires et blanches (pas de jaune), sur le corps et les pattes. De très petite taille (environ 5mm, soit plus petit qu’une pièce de 1 centime), il pique principalement à l’extérieur des habitations, pendant la journée, avec un pic d’agressivité à la levée du jour et au crépuscule. Sa piqûre est douloureuse.

Le moustique tigre est le vecteur potentiel des maladies de la dengue, du chikungunya et du Zika, dites « arboviroses ». Il ne transmet ces maladies que lorsqu’il est lui-même contaminé.

Ce moustique se développe surtout en zone urbaine et péri-urbaine, dans des petites quantités d’eau (exemple : les coupelles des pots de fleurs, les pneus usagés, les encombrants, les jeux d’enfants, les récupérateurs d’eau de pluie, les terrasses sur plots, les gouttières, les bâches, les piscines abandonnées, etc.). Il se déplace peu au cours de sa vie (100 mètres autour de son lieu de naissance).

Il est présent en Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2012 ; son implantation dans chaque département est progressive. Il est désormais qualifié comme « implanté et actif », dans l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, la Loire, le Puy-de-Dôme, le Rhône, la Savoie, la Haute-Savoie et, depuis l’année dernière, le Cantal.

C’est bien l’action de TOUS et la somme de tous ces petits gestes qui nous permettront de retrouver le plaisir de profiter de nos extérieurs. La communication et la mobilisation sociale sont déterminantes.

 

jeudi 1 juillet 2021